lundi 15 mai 2017

Avec Monique Bosco



À paraître le 11 mai 
Avec Monique Bosco 


Ouvrage collectif publié 
sous la direction de 
Nadine Ltaif et Claire Varin 
Éditeur : MÉDIASPAUL 
Collection : HORS COLLECTION 
Prix : 24,95 $ 
Pages : 175 
Format : 5 x 7 1/2" 
ISBN: 978-2-89760-133-1 


Romancière, essayiste, intellectuelle engagée, universitaire respectée, Monique Bosco, née à Vienne en 1927 et décé-dée à Montréal, en 2007, inspire ici un recueil de témoignages, dont plusieurs signés par des écrivains importants du Québec et de la France. Chacune des contributions met en relief les multiples facettes d'une vie et d'une oeuvre mar-quées par la guerre, l’identité juive, la littérature, l’amitié, les amours, les aléas du destin et la sombre beauté de la condition humaine. 


Par ordre de présentation : Hélène Cixous, Gloria Escomel, Naïm Kattan, Marie-Claire Blais, Thuong Vuong-Riddick, Claire Varin, Nadine Ltaif, Mona Latif-Ghattas, Denise Desautels, Jean-Paul Daoust, Fran-ce Théoret, Louise Bouchard, Louise Dupré, Marie-Claire Girard, Maryse Choinière, Pascale Navarro, Nelly Roffé, Line Mc Murray, Diane Régimbald, Carole Leroy, Ginette Michaud, Élisabeth Nardout-Lafarge, Hé-lène Perras, Lucie Lequin, Catherine Khordoc, Patrick Coppens, Christie McDonald, Nathalie Watteyne, Pierre Nepveu. 

Nadine Ltaif est poète et traductrice. Elle vit à Montréal depuis 1979. Son oeuvre est principalement publiée aux édi-tions du Noroît. Traduite en anglais, espagnol, italien, arabe, islandais entre autres, elle collabore à des films d'auteur dans la compagnie Nadja productions. Son dernier recueil, Hamra comme par hasard, a paru en 2014. 

Claire Varin est romancière, essayiste, traductrice du portugais, spécialiste de l’oeuvre de Clarice Lispector. Elle a pu-blié plusieurs ouvrages, dont Clarice Lispector. Rencontres brésiliennes (entretiens et documents divers, 1987, rééd. en 2007), Langues de feu (essai sur Clarice Lispector, 1990), Profession : Indien (récit, 1996). Elle a publié trois romans : Clair-obscur à Rio (1998), Désert désir (2001) et La Mort de Peter Pan (2009), un recueil de nouvelles, Le carnaval des fêtes (2003) ainsi qu’Un prince incognito (2012). 

Diapo-vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=DKIAO5iOO68&t=22s

http://www.crilcq.org/actualites/item/nouvelle-parution-avec-monique-bosco/

samedi 13 mai 2017

Étrange cadeau




Ma grand-mère paternelle, m'a offert, quand j'avais quinze ans, un étrange cadeau. Une dague d'une quinzaine de centimètres. Je suis restée longtemps à essayer de décrypter son geste qui en ce temps-là m'avait surpris. Étais-ce pour me défendre en cas de violence ? C'est l'explication que je m'en donne aujourd'hui. La lame, non tranchante, avait une manche sculptée, en forme de nubien. Aucun danger de me blesser ou de mettre fin à mes jours, ou encore pour je ne sais quel usage. En fait, elle était décorative, un objet antique peut-être. Ce n'était pas un Kaiken que possédaient les femmes de samouraïs dans la manche de leur kimono. Non, mais un cadeau intriguant. Peut-être un ouvre-lettres.

jeudi 11 mai 2017

mardi 4 avril 2017

On The Damp Road : A Walk with Sadegh Hedayat de Soheyl Dahi

Soheyl Dahi est un écrivain et artiste américain d'origine iranienne. Il vit depuis la fin des années soixante-dix à San Francisco, en Californie où il peint et a fondé une maison d'édition, Sore Dove Press. Dans son dernier livre On The Damp Road : A Walk with Sadegh Hedayat,  il écrit une bio-autobiographie de Sadegh Hedayat, célèbre écrivain iranien,  qui s'est suicidé à Paris au début des  les années cinquante. Il met en scène l'histoire de Hedayat en parallèle de la sienne, celle des années soixante-dix en Iran. C'est un double retour au pays de son enfance. Un voyage littéraire et autobiographique. 



I get off at Père-Lachaise metro station. The clouds are clearing. One can see the rumor of a distant sun. On my left are the foreboding walls of Père-Lachaise: huge, macabre, as if protecting the privacy of its occupants inside. 
(Extrait du livre de Soheyl Dahi)

Le thème de la mélancolie est fortement exploré chez Hedayat. Une écriture hantée par la mort, les fantômes de la femme aimée et le malaise de vivre. Son livre, La Chouette aveugle, autour duquel s'articule le récit est l'oeuvre emblématique de la littérature avant-gardiste iranienne des années trente. Influencé par les surréalistes, passionné par la ville de Paris où il finira ses jours, Hedayat a écrit un livre talisman qu'il était interdit de lire au risque de vous arriver malheur. L'énigme de l'écrivain se poursuivra au-delà de sa mort. Sa tombe au Père Lachaise a la forme d'une pyramide noire. Elle est le lieu de pélerinage pour des Iraniens en exil. 

On écrit toujours à partir d'une blessure. C'est ce que dit la Chouette aveugle : "Une cicatrice dont on reste marquée à jamais". "Je n'ai qu'une crainte, mourir demain, avant de m'être connu moi-même" , écrit Hedayat. "Si, maintenant, je me suis décidé à écrire, c'est uniquement pour me faire connaître de mon ombre - mon ombre qui se penche sur le mur, et qui semble dévorer les lignes que je trace. " 

Il veut connaître son ombre et se faire connaître par elle. Une écriture envoûtante, poétique, qui n'est pas sans évoquer Edgard Allan Poe et les récits d'épouvante. L'ombre prendra l'aspect de la femme aimée, amour platonique que l'écrivain ne voulait absolument pas "souiller au contact des choses terrestres" et dont il veut taire le nom. 


Le livre est préfacé par le poète Jack Hirschman.








On The Damp Road : A Walk with Sadegh Hedayat 

Soheyl Dahi
Sore Dove Presse
San Francisco, 2016

https://www.facebook.com/Sore-Dove-Press-231757506868183/

vendredi 17 février 2017