mardi 9 février 2016

Carol de Todd Haynes

Rooney Mara et Cate Blanchett dans le film Carol



À l'époque où l'homosexualité était sur la liste de maladies mentales en Amérique, Patricia Highsmith publiait un roman, semi-autobiographique, intitulé The Price of Salf (1952) sous le pseudonyme de Claire Morgan. Le livre sera republié en 1990 et sera titré Carol. En 1985, il sera traduit en France sous le titre Les Eaux dérobées. Cinquante ans plus tard et quinze années de préparation le film Carol verra le jour. C'est dire combien, malgré l'émancipation des mœurs, le tabou de l'homosexualité féminine est toujours prêt à refaire surface. 

La célèbre citation de Simone de Beauvoir me revient : "N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question." La menace pèse toujours et la bataille est toujours de taille pour préserver le droit des femmes et des homosexuelles. 


L'histoire d'amour est abordée du point de vue de Thérèse, la protagoniste, qui serait alors la narratrice de l'histoire. 
Comme Thérèse, Patricia Highsmith a été vendeuse durant la saison de Noël au rayon de jouets du grand magasin Bloomingsdale. 

C'est le courage d'une femme mariée qui choisit son indépendance financière, renonce à sa vie bourgeoise, quitte son mari et sa fille pour être fidèle à son orientation sexuelle. 

Le rythme lent du film et le traitement de l'image ajoutent à l'aspect mystérieux, glauque, de même que la musique, tout ceci crée un suspens comme dans un film policier. Le crime étant l'amour entre deux femmes.  

Les personnages féminins sont filmés à travers une vitre de voiture. Certains plans ont la beauté des peintures de Edward Hopper qui a peint l'Amérique des années trente et quarante.

Le film doit beaucoup au jeu des deux actrices qui arrivent à émouvoir le spectateur en explorant le sentiment amoureux et la manière dont les scènes d'amour sont filmées. Jeu de regards, frôlement de corps, sensualité, montée dramatique. 

Le film est scénarisé par Phyllis Nagy et réalisé par Todd Haynes. Joué par deux impressionnantes actrices : Rooney Mara qui a partagé le prix de l'interprétation féminine à Cannes avec Emmanuelle Bercot pour son rôle de Thérèse, et la grande Cate Blanchett. 

Carol de Todd Haynes

Cinéma Forum

2 commentaires:

  1. Merci Dominique pour tes corrections, Je cherche encore à trouver la phrase juste pour "jette une ombre".

    RépondreSupprimer